À propos

Le séminaire Hegel de l’ENS se tient depuis maintenant cinq ans. Organisé par des jeunes chercheurs, doctorants ou docteurs, il accueille un public de masterants, jeunes chercheurs, aussi bien que de professeurs qui mènent des recherches sur la pensée de Hegel et sa réception. Il combine la structure du séminaire d’élèves normalien avec celle d’un séminaire de recherche accueillant des spécialistes en études hégéliennes et post-hégéliennes pour diffuser et discuter leurs travaux. Le Séminaire Hegel de l’ENS-Ulm fait partie des séminaires associés des Armes de la Critique (https://adlc.hypotheses.org/) et est organisé avec le concours du Département de philosophie de l’Ecole normale supérieure (d’Ulm). Les séances ont lieu le jeudi de 18h30 à 20h30 en salle Pasteur de l’ENS, 45 rue d’Ulm, 75005, Paris (RER B station Luxembourg, métro ligne 7 et 10, bus 21 et 27).

Après une année consacrée à la Phénoménologie de l’Esprit (2018-2019), le Séminaire a organisé deux années thématiques portant sur les sujets Qu’est-ce qui est post-hégélien ? (2019-2020) et Hegel et la Critique (2020-2021), ainsi qu’une année consacrée au deuxième livre de la Science de la logique, publié en 1813 : la « Doctrine de l’essence » (2021-2022 : L’essence de Hegel. Concepts, enjeux et problèmes de la logique de l’essence). Pour l’année 2022-2023, le thème retenu était celui de « L’historicité de l’esprit » dans la philosophie hégélienne. Le thème de l’année 2023-2024 est en cours de détermination.

Le séminaire de l’année 2023-2024 est organisé par Antoine Auvé, Orion Chatziargyros et Pierre Manimont.

Les membres du séminaire Hegel

Gregory Aschenbroich est agrégé de philosophie et doctorant à l’Université Paris-Sorbonne, où il rédige une thèse sur la philosophie de l’art de Hegel sous la direction d’Emmanuel Cattin (soutenance prévue le 16 décembre 2023). En parallèle, il traduit le cours d’esthétique de 1826.

Antoine Athanassiadis a soutenu en 2023 une thèse intitulée “The social philosophy of T.W. Adorno: an interpretation and defence”  sous la direction de Brian O’Connor au University College Dublin, où il a été assistant d’enseignement (2019-2021).  Ses recherches portent sur l’influence de Kant et Hegel dans l’Ecole de Francfort.
 

Raphaël Authier est normalien, agrégé et docteur en philosophie. Il a soutenu en 2019 une thèse
intitulée « Concevoir l’historicité. L’histoire et les différentes formes de temporalité chez Hegel et
Schelling » sous la direction d’Emmanuel Cattin à Sorbonne-Université où il a aussi été ATER. Il
est post-doctorant à l’Université de Strasbourg et auteur de Figures de l’histoire, formes du temps,
Paris, Vrin, 2023.

Antoine Auvé, normalien, agrégé de philosophie, est doctorant en première année à l’Université
Paris 1 Panthéon Sorbonne. Il travaille, sous la direction de Franck Fischbach, à la question de la
logique dialectique comme logique des sciences humaines, et sur l’épistémologie du monde
historique chez Hegel, Marx et Dilthey.

Ioanna Bartsidi, normalienne, agrégée de philosophie, est doctorante à l’université Paris-Nanterre
(Sophiapol) sous la direction d’Emmanuel Renault et Georg Bertram. Elle a été ATER à l’Université
Paris-Nanterre (2022-2023), puis chercheuse rattachée au Centre Marc Bloch (Berlin) à partir de
septembre 2023. Ses recherches portent sur Hegel et le post-hégélianisme, ainsi que sur le
problème de l’historicité du discours philosophique après 1960 dans l’herméneutique et le post-
structuralisme. Elle a organisé le séminaire depuis sa première année (2018) jusqu’en 2023.

Victor Béguin est normalien, agrégé et docteur en philosophie. Il a soutenu en 2018 une thèse
intitulée « Fonder la philosophie. Essai sur les aspects logiques et systématiques de la théorie
hégélienne de la fondation » sous la direction de Gilles Marmasse à l’Université de Poitiers. Il a
aussi été ATER à l’Université Grenoble-Alpes et à l’Ecole normale supérieure de Lyon. Il est le
Secrétaire du Bulletin de littérature hégélienne et auteur du Dictionnaire Hegel, Ellipses, 2022. Ses
recherches portent sur l’histoire de la philosophie allemande classique (notamment Hegel, Jacobi,
Marx et Engels) ainsi que l’épistémologie historique des sciences sociales et de la philosophie.

Camilla Brenni, est agrégée et doctorante à l’université Panthéon-Sorbonne sous la direction de Franck Fiscbach. Elle termine actuellement sa thèse sur Hegel et Adorno, leurs critiques respectives de l’empirisme et du positivisme et les rapports théoriques qui existent entre ces deux philosophies. Elle a été ATER à l’université de Poitiers, puis boursière du DAAD et attachée au Centre Marc Bloch de Berlin depuis mars 2022. Ses recherches portent essentiellement sur l’histoire de la philosophie allemande (Hegel, Marx et puis les auteurs de la première génération de l’École de Francfort) et sur des questions de théorie de la connaissance, d’épistémologie philosophique et d’épistémologie des sciences sociales. 


Orion Chatziargyros est normalien et agrégé de philosophie. Depuis septembre 2023, il prépare
une thèse à l’Ecole Normale Supérieure sous la direction de Mildred Galland-Szymkowiak
(CNRS/ENS), portant sur « le problème de la négativité » chez les penseurs de l’idéalisme
allemand et Heidegger.


Anthony Dekhil est agrégé de philosophie et doctorant à l’École Normale Supérieure – PSL (La
République des Savoirs UAR3608). Il réalise une thèse intitulée “L’esprit et le temps : Alain,
Brunschvicg et Aron” sous la direction de Perrine Simon-Nahum. Ses recherches portent sur la
question de l’histoire dans la philosophie française contemporaine et sur les liens entre philosophie
et historiographie.


Simon Gissinger est agrégé de philosophie et prépare une thèse à l’université Bordeaux-
Montaigne (centre SPH) sous la direction de Christophe Bouton, visant à confronter les pensées
de Derrida et de Hegel. Il est chargé de cours à l’université de Rouen.


Claire Lépinay est agrégée de philosophie et prépare une thèse à l’Université Bordeaux
Montaigne sous la direction de Christophe Bouton. Ses recherches portent sur la lecture
hégélienne de Leibniz.


Pierre Manimont, normalien, agrégé de philosophie, est doctorant à Sorbonne-Université. Il
réalise une thèse intitulée « le concept de personnalité dans l’idéalisme allemand » sous la
direction d’Emmanuel Cattin. Il est membre de l’EA « Métaphysique : histoires, transformations,
actualité », dirigée par Vincent Carraud. Il co-organise le séminaire « Idéalisme allemand » de
Sorbonne Université.


Ariane Mintz, agrégée de philosophie, prépare actuellement une thèse à l’université Paris VIII
(LLCP) sous la direction de Michèle Cohen-Halimi sur le lien entre pensée de l’individu et utopie
dans la philosophie d’Adorno. Ses recherches portent plus généralement sur la Théorie Critique.

Lucas Pétuaud-Létang est agrégé et docteur en philosophie. Il a soutenu en 2019 une thèse
intitulée « Scepticisme et vérité dans la philosophie de Hegel » sous la direction de Christophe
Bouton à l’université Bordeaux-Montaigne (centre SPH). Il travaille sur Hegel et la philosophie
allemande post-kantienne et est actuellement en poste dans l’enseignement secondaire.

Paolo Polizzi est doctorant à l’université San Raffaele (Milan), et rédige une thèse sous la
direction de Massimo Donà sur la logique hégélienne et ses influences sur la philosophie de
l’histoire notamment italienne.


Florian Rada est normalien, agrégé et docteur en philosophie. Il a soutenu en 2022 une thèse
intitulée « Hegel et la “forme de l’être” : éléments pour une théorie de la référence dans la Science de la logique » sous la direction de Bruno Haas à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne où il a
aussi été ATER et chargé de cours. Il est actuellement en poste dans l’enseignement secondaire.
Il participe à la traduction du cahier Heimann sur les cours de Philosophie de l’art de Hegel (Berlin,
Wintersemester 1828-1829), coordonnée par Mildred Galland-Szymkowiak et Alain-Patrick Olivier.


Seán McStravick est agrégé de philosophie et prépare actuellement une thèse à Sorbonne
Université sous la direction d’Antoine Grandjean et de Céline Spector. Ses recherches portent sur
les concepts d’habitude et de seconde nature, et plus particulièrement, sur la fonction de ces
concepts relativement au problème de la frontière entre la nature et l’esprit dans la philosophie
hégélienne. Il co-organise le séminaire « Idéalisme allemand » de Sorbonne Université.

Marcus Vinicius Felizardo est élève à l’École Normale Supérieure. Il a obtenu un Master en
philosophie de l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne sous la direction de Franck Fischbach.

Samuel Vitel est agrégé de philosophie et doctorant à l’Université de Poitiers sous la direction de
Gilles Marmasse et à l’Université d’Ottawa sous la direction d’Isabelle Thomas-Fogiel. Il prépare
depuis 2022 une thèse intitulée « L’idéalisme hégélien : l’objectivité après la métaphysique et
après sa critique». Ses recherches sont au croisement de la philosophie analytique et l’idéalisme
hégélien.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search